Le modèle OSI


<< Le modèle OSI La couche de transport >>


II°) La couche réseau

   Cette couche est responsable de l'adressage (envoyeur et destinataire) ainsi que de la méthode d'envoi utilisée pour la transmission. Par exemple, la couche réseau utilise un protocol bien connu pour la transmission sur Internet, appellé Internet Protocol, ou IP. Ici, nous parlerons exclusivement de la version 4 du protocole (IPv4), IPv6 étant toujours pas réellement en production.
Chaque système connecté à Internet a une adresse IP. Elle consiste en une succession de 4 bytes de la forme xxx.xxx.xxx.xxx. Par exemple, l'IP de bases-hacking est 213.186.33.87, la votre est 54.204.106.194 (ou du moins celle que vous utilisez pour naviguer). Dans cette couche sont traités les paquets IP et ICMP (Internet Control Message Protocol). Les paquets IP servent à envoyer les données et les paquets ICMP fournissent des moyens de diagnostic de la connexion et de la transmission (comme le PING par exemple). Par exemple, si un paquet IP n'arrive pas à destination, un paquet ICMP est renvoyé au destinataire pour le prévenir de l'erreur intervenue.
Comme cité plus haut, ICMP sert aussi au test de la connectivité, notamment au moyen de la commande PING avec les requêtes et réponses ICMP Echo. Si un système veut tester la possibilité d'envoi d'un paquet à un client, il lui envoi un paquet ICMP Echo Request et reçoit un paquet ICMP Echo Reply si tout se pase bien. De plus, la différence entre le départ et l'arrivée de ces paquets permet aussi de déterminer le temps de latence, ou lag entre les systèmes.
De plus, IP est capable de fragmenter ses propres paquets (par exemple pour répondre aux exigences d'un système interdisant les paquets longs). Ainsi, il va transformet un paquet constitué d'une en-tête et d'un corps en une multitude de paquets dont le premier sera constitué de l'en-tête avec le début du corps, le deuxième avec l'en-tête et la suite du corps, etc.. jusqu'au dernier paquet constituté de l'en-tête de la fin du message. Chaque paquet contient dans l'en-tête son numéro dans l'agencement de la segmentation des données. On comprend qu'il est primordial que chaque paquet contienne l'en-tête pour pouvoir réassembler aisément le paquet dans l'ordre souhaité à l'arrivée.
Comme expliqué dans la page précédente, le travail de segmentation et d'assemblage dépend de la couche de transport que nous allons étudier maintenant.


<< Le modèle OSI La couche de transport >>




4 Commentaires

FrizN 28/03/12 16:34
De quel protocole ? Si tu parles d'IPv4 c'est 20 bytes je crois (plus de précisions sur Google).

Anonyme 28/03/12 15:49
L'en-tête représente combien en mémoire ?

FrizN 21/12/11 23:41
Il est "fini" au sens finalisé. Les coeurs de réseau sont compatibles mais l'adressage qui vous est attribué est encore en IPv4, et la majorité des réseaux finaux (votre LAN chez vous) sont encore en IPv4.

Anonyme 20/12/11 00:15
IPv6 n'est pas fini?
Mon OS propose pourtant ce protocole...




Commentaires désactivés.

Apprendre la base du hacking - Liens sécurité informatique/hacking - Contact

Copyright © Bases-Hacking 2007-2014. All rights reserved.